Categories

Accueil du site > Pélerinage > Les sanctuaires en bref > Nazareth : Saint Joseph

26 décembre 2011

Nazareth : Saint Joseph

English français

Église de Saint Joseph ou le foyer de l’enfance

La tradition chrétienne fixe à Nazareth, en plus de la basilique de l’Annonciation, l’église de S. Joseph. Ce sanctuaire pourrait être aussi appelé le foyer de l’enfance, parce que Jésus y a grandi jusqu’à l’âge adulte en y apprenant le métier de son père.

Chiesa della Nutrizione
- Convento di Terra Santa
- P.O.Box 23
- 16100 Nazareth
- Israel

Tel. 04-657.25.01

Fax. 04-646.02.03

Les heures d’ouverture du sanctuaire

7.00 - 18.00

La tradition chrétienne

A Nazareth “étaient construites deux grandes églises : L’une, au milieu de la cité, fondée sur deux arches, Lieu où était bâtie la maison dans laquelle fut nourri notre Sauveur... L’autre était construite la maison dans la quelle l’ange Gabriel entra près de la Bienheureuse Marie, la trouva seule et lui parla”. Voilù ce que raconte le pèlerin Arculfe en 670. Au XVII e siècle le Père Francesco Quaresimi parle d’un lieu “appelé espace de la maison et l’atelier de Joseph... où se trouvait durant un temps une belle église dédiée à Saint Joseph”. En 1754 les franciscains ont acquis ce lieu ; et en 1914 l’actuelle église a été construite sur les ruines de l’église précédente, par le frère Wandelin Hinterkeuser. A l’occasion des travaux on a retrouvé des grottes, des citernes, des parties d’habitations primitives et une grande vasque, avec mosaïques et gradins, qui est probablement un ancien bain rituel où des fonts baptismaux.

L’évangile apocryphe “Histoire de Joseph le menuisier” raconte la mort et l’enterrement du père putatif de Jésus à Nazareth ; il décrit comment Jésus lui-même l’assista et le réconforta au moment de quitter cette vie. Nous savons que quelques uns des parents de Jésus étaient demeurés à Nazareth, d’après l’historien judeo-chrétien Egésippe (du II e siècle), cité dans l’Histoire Ecclésiastique de Eusèbe de Césaree : “De la famille du Seigneur restaient encore les neveux de Jude, le frère selon la chair ; ils furent dénonçés comme appartenant à la race de David”. Ils se défendirent face à l’empereur Domitien (81-96), en montrant leurs mains endurcies par leurs durs travaux dans les champs ; ils furent relâchés. “Ils furent choisis comme chefs des églises aux titres de martyrs et de parents du Seigneur”. On peut supposer que ces “parents du Seigneur” ont eu une part non négligeable pour la conservation des souvenirs chrétiens de Nazareth.

le Lieu

Bassin baptismal judéochrétien ou bain rituel hébraïque

Texte biblique et message

Joseph assume la paternité légale de Jésus

Or telle fut la genèse de Jésus Christ. Marie, sa mère, était fiancée à Joseph : or, avant qu’ils eussent mené vie commune, elle se trouva enceinte par le fait de l’Esprit Saint. Joseph, son mari, qui était un homme juste et ne voulait pas la dénoncer publiquement, résolut de la répudier sans bruit. Alors qu’il avait formé ce dessein, voici que l’Ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : “Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ta femme : car ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus : car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés.” Or tout ceci advint pour que s’accomplît cet oracle prophétique du Seigneur : Voici que la vierge concevra et enfantera un fils, et on l’appellera du nom d’Emmanuel, ce qui se traduit : “Dieu avec nous”. Une fois réveillé, Joseph fit comme l’Ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui sa femme ; et il ne la connut pas jusqu’au jour où elle enfanta un fils, et il l’appela du nom de Jésus.

(Matthieu 1,18-25)

Jésus et Marie assistent Joseph mourant

« Marie, ma sainte mère, s’est levée et est entrée dans le lieu où se tenait Joseph. Moi aussi, je me suis assis à ses pieds et j’observais les signes de la mort qui se dessinaient sur son visage. Le brave vieillard pencha la tête vers moi et il me regarda en face ; mais il ne put me parler à cause des douleurs de l’agonie qui le tenaillaient. Il souffrit quelque temps. Je lui pris la main durant une bonne heure. Il me regardait et me faisait signe de ne pas le laisser. J’ai mis alors la main sur son coeur (...) C’est alors que se présentèrent les anges Michel et Gabriel pour accueillir l’âme de Joseph. Ils le prirent avec eux et l’enveloppèrent d’un linceul lumineux. C’est ainsi que s’exhala le dernier soupir dans les mains accueillantes de mon bon père. »

(Histoire de Joseph, le charpentier, 19.23)

Il fedele nutrizio e custode

C’est une loi générale, dans la communication de grâces particulières à une créature raisonnable : lorsque la bonté divine choisit quelqu’un pour une grâce singulière ou pour un état sublime, elle lui donne tous les charismes nécessaires à sa personne ainsi qu’à sa fonction, et qui augmentent fortement sa beauté spirituelle. Cela s’est tout à fait vérifié chez saint Joseph, père présumé de notre Seigneur Jésus Christ, et véritable époux de la Reine du monde et Souveraine des anges. Le Père éternel l’a choisi pour être le nourricier et le gardien fidèle de ses principaux trésors, c’est à dire de son Fils et de son épouse ; fonction qu’il a remplie très fidèlement. C’est pourquoi le Seigneur a dit : Bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton maître.

Si tu compares Joseph à tout le reste de l’Église du Christ, n’est il pas l’homme particulièrement choisi, par lequel et sous le couvert duquel le Christ est entré dans le monde de façon régulière et honorable ? Si donc toute la sainte Église est débitrice envers la Vierge Marie parce que c’est par elle qu’elle a pu recevoir le Christ, après elle, c’est à saint Joseph qu’elle doit une reconnaissance et un respect sans pareil. Certes, il ne faut pas en douter : l’intimité, le respect, la très haute dignité que le Christ pendant sa vie humaine portait à Joseph, comme un fils à l’égard de son père, il n’a pas renié tout cela au ciel, il l’a plutôt enrichi et achevé.

(Sermon de S. Bernardin de Sienne)

Prière

Animateur. Nous adressons nos prières au Dieu des patriarches et des prophètes, qui a accordé leur accomplissement aux anciennes promesses, grâce à l’Incarnation du Fils né de la Vierge Marie par l’opération du Saint Esprit. Ce Fils fut confié aux soins attentifs de Joseph. Tous. Écoute-nous, Seigneur.

1. Pour l’Église, afin que, par l’intercession de S. Joseph, époux de la Vierge, père adoptif du Seigneur et patron de l’Église universelle, elle ressente la présence de l’Esprit qui la devance et l’accompagne tout au long de son chemin. Prions :

2. Pour les responsable des nations, afin qu’ils placent à la base de leur engagement civique le respect de la famille, cellule première de la société civile et religieuse. Prions :

3. Pour tous les travailleurs du monde, afin que, à l’exemple de Jésus ouvrier et par l’intercession de S. Joseph, ils redécouvrent leur vocation dans le plan de Dieu et qu’ils promeuvent le bien commun. Prions :

4. Pour la famille, cette Église domestique, afin qu’elle inspire aux voisins et aux distants cette confiance dans la Providence qui aide à accueillir et à promouvoir le don de la vie. Prions :

Animateur. O Dieu fidèle, toi qui conduis les destins du monde à travers les générations, en S. Joseph, tu as donné à l’Église, un signe de ta paternité, veille sur nous et sur toutes les familles du monde, afin que, à travers les joies et les épreuves de la vie, nous reconnaissions toujours ta volonté et que nous collaborions à l’oeuvre de la rédemption. Par le Christ notre Seigneur. Tous. Amen.