Categories

Accueil du site > Le Commissariat > Les commissariats d’hier à aujourd’hui

26 décembre 2011

Les commissariats d’hier à aujourd’hui

English français

Les premiers Statuts de Terre Sainte qui remontent à 1377, après avoir constaté qu’il était impossible aux frères de vivre « parmi les Sarrasins » et d’y conserver les Lieux Saints sans l’aide pécuniaire de nations chrétiennes, établissaient que le Custode de Terre Sainte, après avis de son Conseil, désigne un ou deux laïcs pour s’occuper des aumônes reçues. Le Custode gardait, bien sûr, la faculté, toujours avec l’approbation de son Conseil, de destituer de leur charge les administrateurs manifestement incapables ou infidèles.

Cette disposition hélas ! ne résolvait qu’en partie le problème. Bientôt la nécessité se fit sentir de désigner quelqu’un qui prit soin en Europe des intérêts de la Custodie.

Vers 1392 le P. Gérard Calvet, Custode, confiait par acte notarié un mandat de très large procuration au noble sujet de la Sérénissime, Ruggero Contarini, afin qu’il prît soin des intérêts de la Custodie sur toute l’étendue de la République de Venise. Par testament daté du 22 mai 1415, Contarini désignait à son tour son neveu Charles Contarini comme son successeur dans sa charge de Commissaire de Terre Sainte. Il le faisait dans les termes mêmes de la Procuration que lui avait remise jadis le P. Custode.

En 1414 l’autorité suprême de l’Ordre Franciscain accordait au Père Custode la faculté d’envoyer ses frères comme délégués, soit auprès de la Curie Généralice, soit en tout autre lieu où il le jugerait utile ou nécessaire.

Le personnage ainsi que les attributions du Commissaire de Terre Sainte iront se précisant tout au long du 15e s. mais ce ne sera qu’en 1512, que sa charge et ses attributions acquerront un caractère officiel bien précis.

Les Constitutions Générales de l’Ordre de 1621 porteront ce processus à maturité en posant les bases de toute la législation à venir sur la question.

Il serait évidemment beaucoup trop long de parler des origines de chaque Commissariat. Qu’il nous suffise de noter qu’avec le temps certains d’entre eux acquirent une certaine préséance et le titre de « Commissariat Général ». Ce fut le cas notamment pour celui de Rome, en raison, on le devine, de ses relations directes avec la Curie Généralice et le Saint-Siège.

Les principaux objectifs des Commissariats sont les suivants : tout d’abord faire connaître les Lieux Saints et tout ce que recouvre l’appellation « Custodie de Terre Sainte » ; ensuite, intéresser effectivement les fidèles de chaque circonscription aux problèmes économiques posés par l’entretien des Lieux Saints et des nombreuses oeuvres prises en charge par la Custodie.

Le Saint-Siège ne s’est pas contenté de manifester globalement son intérêt pour la Custodie, il l’a montré en détail dès la première moitié du 17e s. en épaulant l’activité des Commissaires de Terre Sainte par de nouvelles et judicieuses dispositions.

Le dernier document en date, à ce sujet, fut l’importante « Exhortation Apostolique, adressée par Paul VI aux évêques, aux Pretres et aux fidèles du monde entier en raison des besoins croissants de l’Eglise en Terre Sainte » (25 mars 1974). Le Saint-Père y rappelle l’utilité toujours actuelle des Commissaires de Terre Sainte qu’il charge à nouveau et, de façon expresse, de récolter auprès des curés et des desservants les aumônes offertes le Vendredi Saint par les catholiques du monde entier.

On compte aujourd’hui 69 Commissariats de Terre Sainte, établis en 35 nations. Parmi les Commissariats, quatre dépendent directement de la Custodie. Ce sont les Commissariats de Naples et de Palerme en Italie dont l’histoire est des plus intéressantes ; le Commissariat de Washington aux Etats-Unis qui fournit à la Custodie une aide très importante ; enfin, le Commissariat de Buenos Aires en Argentine.