Categories

Accueil du site > Le Commissariat > Actualité des commissariats > L’équipe de Paris en visite à Jérusalem

28 mars 2010

L’équipe de Paris en visite à Jérusalem

Du 9 au 17 mars 2010, l’équipe du commissariat de Paris s’est rendue en visite à Jérusalem.

Frère Jean-Marie Burnod, commissaire de Terre Sainte à Paris, a voulu que son équipe vienne à la rencontre de la Custodie dont ellle représente et sert les intérêts en France.

La visite devait permettre de resserrer les liens entre l’équipe parisienne et la Custodie, grâce à une rencontre avec le Custode de Terre Sainte, Pierbattista Pizzaballa et divers frères français de la Custodie, ainsi que ceux aec Marie-Armelle Beaulieu, rédactrice en chef de la revue en langue française "La Terre Sainte" dont le commissariat gère les finances et le fichiers d’adresse.

Frère Benoit Dubigeon, Provincial de la Province franciscaine du Bienheureux Pacifique (France-ouest) a tenu a les accompagner, marquant ainsi l’attention que les Franciscains de France portent, avec un regard renouvelé, sur la Custodie de Terre sainte et ses activités missionnaires.

Visitation en Terre Sainte

Les Commissariats de Terre Sainte ont été crées au 16ème siècle dans les différentes provinces de l’Ordre franciscain, pour être des « relais » de la Custodie à travers le monde. En France, la restructuration des provinces en 1996 a abouti au regroupement en un seul Commissariat national de l’ensemble des commissariats des cinq provinces antérieures.

La délégation du Commissariat de Terre Sainte à Paris, composée du ministre provincial des franciscains de Paris, du commissaire de Terre Sainte et des deux responsables bénévoles du bureau de Paris accompagnées de leurs époux, s’est rendu à Jérusalem du 9 au 17 mars dernier pour soutenir les frères et les encourager dans leur mission au service de l’Eglise universelle et des Chrétiens de Terre Sainte. Il s’agissait aussi de renforcer les liens entre les franciscains de France et la Custodie, considérée par tout l’Ordre comme la « perle des missions ».

Nous avons pu ainsi partager la vie des frères, découvrir leur formidable implication au quotidien dans la vie de la population locale. Les frères ne veulent pas se contenter d’être des gardiens de sanctuaires dont ils ont pourtant la charge au nom de l’Eglise universelle, mais souhaitent vivre cet enracinement au milieu d’hommes et de femmes confrontées à des situations souvent dramatiques. Le service des pauvres se fait au travers des écoles, des maisons de l’action catholique (qui ressemblent un peu à nos anciens patronages en France) comme à Bethléem ou à Nazareth, de l’aide au logement pour éviter l’émigration des Chrétiens, du soutien à des activités locales comme l’artisanat du nacre. Au Mont Thabor, la communauté Mondo X, composée d’anciens drogués, nous a réservé un accueil particulièrement émouvant et chaleureux.

Le Franciscan multimedia center, formidable outil de communication pour la création et diffusion de programmes radio et télévision dans plusieurs pays du monde nous a bluffé. Nous avons fait le point sur la version française de la revue La Terre Sainte dont la rédaction se fait à Jérusalem, mais dont nous assurons à Paris la gestion des abonnements.

L’Institut Magnificat regroupe des musiciens et chorales des trois communautés juives, musulmanes et chrétiennes. C’est un magnifique lieu d’excellence qui contribue à la compréhension mutuelle.

Nous avons fait le point sur les aides que nous pouvions apporter, en commençant par la quête du Vendredi Saint demandée dans toutes les paroisses de France. Celle-ci se fait à la demande et sous la responsabilité conjointe de la Custodie et de la Congrégation pour les Eglises Orientales à Rome, cette dernière assurant la répartition des dons.

La Custodie consacre beaucoup d’énergie pour les études, tant au couvent Saint Sauveur pour la formation des futurs prêtres qu’au Studium de la Flagellation, faculté de Sciences bibliques et archéologiques qui regroupe quelques 80 étudiants.

Il faudrait parler aussi des rencontres avec les autres églises chrétiennes, du dialogue avec les juifs et les musulmans, de la communauté chrétienne de langue hébraïque…

Nous avons découvert aussi les difficultés et les souffrances : la paupérisation des familles dans les territoires, le mur insoutenable séparant les communautés, la difficile question des visas qui interdit la libre circulation, les tracasseries en tous genres et les multiples provocations, les expulsions, la colonisation des terres palestiniennes, la fuite des Chrétiens vers l’étranger…

Dans ce contexte si tendu, à travers un accueil qui nous a profondément émus, nous avons reçu un formidable témoignage de confiance et de foi.