Categories

Accueil du site > Pélerinage > Les sanctuaires en bref > Flagellation

26 décembre 2011

Flagellation

English français

Sanctuaire de la Flagellation, sanctuaire de la Condamnation

Chaque vendredi, à 3 heures de l’après-midi, dans la cour de l’école musulmane, les chrétiens de la Ville Sainte commençant l’exercice de piété du Chemin de la Croix. Tout près se trouvent le couvent franciscain avec l’église de la Flagellation et la chapelle de la Condamnation. Sur le pavement de cette chapelle sont conservées quelques pierres du “Lithostrotos”. Le Lieu où Jésus fut chargé de sa Croix est commémoré sur le mur extérieur de cette Chapelle de la Condamnation.

Convento della Flagellazione
- Studium Biblicum Franciscanum
- Via Dolorosa, 1
- P.O.B. 19424
- 91193 Jerusalem
- ISRAEL

Tel. : +972. 2 6270.444
- +972. 2 6270.485 (SBF)
- Fax : +972. 2 626.45.19

Horaire d’ouverture des Sanctuaires :

En Eté : 8.00-18.00 / en Hiver : 8.00-17.00

Le Chemin de Croix officiel
- En Eté : 16.00 / en Hiver : 15.00

- Email : flagellation@studiumbiblicum.org

La tradition chrétienne

Le “Lithostrotos” et la “Maison ou Prétoire de Pilate, où fut jugé Jésus” étaient restés à l’abandon au IV° siècle, d’après le Pèlerin anonyme de Bordeaux et Cyrille de Jérusalem. Au V° siècle y fut édifiée une église, que nous retrouvons peu après avec le titre de Sainte Sophie (le mot grec “Sophia” signifiant “Sagesse”), parce que “Le premier des amis de la Sagesse y écouta sa propre condamnation” dit Sophrone de Jérusalem au début de VII° siècle. On ne sait plus rien concernant cette église plus tard ; le souvenir du Lithostrotos fut un temps rattaché au Mont Sion, puis depuis la fin du XII° siècle près le l’Antonia la forteresse qui au temps du Christ dominait le Temple au Nord de la ville.

L’église de la Flagellation fut d’abord construite par les Croisés au XII° siècle, puis laissée à l’abandon durant beaucoup de siècles. En 1838 elle fut acquise par les franciscains et réouverture au culte, grâce à la générosité de Maximilien de Bavière, ainsi que l’indique une pierre de la façade. L’architecte A. Barluzzi la restaura en 1929 en lui gardant le style du Moyen-Age. Les vitraux de A. Cambellotti sont dignes d’intérêt ; ils figurent le jugement par Pilate, la flagellation et la libération de Barabas.

La chapelle de la Condamnation a été reconstruite en 1904 par le frère Wendelin Hinterkeuser au dessus des ruines d’une église d’époque médiévale redécouverte par hasard quelques années auparavant. On ne sait pas à qui était dédiée l’ancienne église ; la nouvelle chapelle a reçu son nom à cause du pavement, fait de grandes dalles, qui se prolonge sous le couvent voisin des Soeurs de Sion. Ce pavement a été considéré comme faisant partie du “Lithostrotos” sur lequel Pilate a posé son siège pour le jugement de Jésus, suivi du portement de sa croix.

Depuis 1923 réside au couvent de la Flagellation le Centre d’Etudes Bibliques franciscain, Faculté de Sciences Bibliques et d’Archéologie Biblique chrétienne. Les Professeurs de ce Centre sont responsables d’un Musée, de fouilles dans les Sanctuaires de Terre sainte et de nombreuses publications.

Le lieu

Sanctuaire de la Flagellation (Architecte A. Barluzzi, 1929)

Sanctuaire de la Condamnation (Architecte Frère W. Hinterkeuser, 1904)

Lithostrotos - un pavement romain

Struthion - une citerne antique Jésus est chargé de sa Croix - Cette seconde station du Chemin de la Croix est indiquée sur le mur extérieur du Sanctuaire de la Condamnation. La première station est située dans la cour de l’école musulmane ”el’Omariyya” devant le couvent franciscain.

Texte biblique

Jésus devant Pilate

Jésus devant Pilate Alors ils mènent Jésus de chez Caïphe au prétoire. C’était le matin. Eux-mêmes n’entrèrent pas dans le prétoire, pour ne pas se souiller, mais pour pouvoir manger la Pâque. Pilate sortit donc au-dehors, vers eux, et il dit : “Quelle accusation portez-vous contre cet homme ?” Ils lui répondirent : “Si ce n’était pas un malfaiteur, nous ne te l’aurions pas livré.” Pilate leur dit : “Prenez-le, vous, et jugez-le selon votre Loi.” Les Juifs lui dirent : “Il ne nous est pas permis de mettre quelqu’un à mort”, afin que s’accomplît la parole qu’avait dite Jésus, signifiant de quelle mort il devait mourir. Alors Pilate entra de nouveau dans le prétoire ; il appela Jésus et dit : “ Tu es le roi des Juifs ?” Jésus répondit : “Dis-tu cela de toi-même ou d’autres te l’ont-ils dit de moi ?” Pilate répondit : “Est-ce que je suis Juif, moi ? Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi. Qu’as-tu fait ?” Jésus répondit : “Mon royaume n’est pas de ce monde. Si mon royaume était de ce monde, mes gens auraient combattu pour que je ne sois pas livré aux Juifs. Mais mon royaume n’est pas d’ici.” Pilate lui dit : “Donc tu es roi ?” Jésus répondit : “Tu le dis : je suis roi. Je ne suis né, et je ne suis venu dans le monde, que pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix.” Pilate lui dit : “Qu’est-ce que la vérité ?” Et, sur ce mot, il sortit de nouveau et alla vers les Juifs. Et il leur dit : “Je ne trouve en lui aucun motif de condamnation. Mais c’est pour vous une coutume que je vous relâche quelqu’un à la Pâque. Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ?” Alors ils vociférèrent de nouveau, disant : “Pas lui, mais Barabbas !” Or Barabbas était un brigand.

Pilate prit alors Jésus et le fit flageller. Les soldats, tressant une couronne avec des épines, la lui posèrent sur la tête, et ils le revêtirent d’un manteau de pourpre ; et ils s’avançaient vers lui et disaient : “Salut, roi des Juifs !” Et ils lui donnaient des coups. De nouveau, Pilate sortit dehors et leur dit : “Voyez, je vous l’amène dehors, pour que vous sachiez que je ne trouve en lui aucun motif de condamnation.”Jésus sortit donc dehors, portant la couronne d’épines et le manteau de pourpre ; et Pilate leur dit : “Voici l’homme !” Lorsqu’ils le virent, les grands prêtres et les gardes vociférèrent, disant : “Crucifie-le ! Crucifie-le !”Pilate leur dit : “Prenez-le, vous, et crucifiez-le ; car moi, je ne trouve pas en lui de motif de condamnation.” Les Juifs lui répliquèrent : “Nous avons une Loi et d’après cette Loi il doit mourir, parce qu’il s’est fait Fils de Dieu.”Lorsque Pilate entendit cette parole, il fut encore plus effrayé. Il entra de nouveau dans le prétoire et dit à Jésus : “D’où es-tu ?” Mais Jésus ne lui donna pas de réponse. Pilate lui dit donc : “Tu ne me parles pas ? Ne sais-tu pas que j’ai pouvoir de te relâcher et que j’ai pouvoir de te crucifier ?” Jésus lui répondit : “Tu n’aurais aucun pouvoir sur moi, si cela ne t’avait été donné d’en haut ; c’est pourquoi celui qui m’a livré à toi a un plus grand péché.” Dès lors Pilate cherchait à le relâcher. Mais les Juifs vociféraient, disant : “Si tu le relâches, tu n’es pas ami de César : quiconque se fait roi, s’oppose à César.” Pilate, entendant ces paroles, amena Jésus dehors et le fit asseoir au tribunal, en un lieu dit le Dallage, en hébreu Gabbatha. Or c’était la Préparation de la Pâque ; c’était vers la sixième heure. Il dit aux Juifs : “Voici votre roi.” Eux vociférèrent : “A mort ! A mort ! Crucifie-le !” Pilate leur dit : “Crucifierai-je votre roi ?” Les grands prêtres répondirent : “Nous n’avons de roi que César !” Alors il le leur livra pour être crucifié. Ils prirent donc Jésus. Et il sortit, portant sa croix, et vint au lieu dit du Crâne - ce qui se dit en hébreu Golgotha.

(Jean 18,28-19,17 ; L’arrestation de Paul au temple cfr. Les Actes 21,27-23,29)

Prière

Guide. Présentons notre prière à Dieu, qui nous donne la confiance d’être exaucés au Nom et par les mérites de la Passion de son Fils. Tous. Seigneur, écoute-nous.

1. Pour l’Eglise, Corps Mystique du Christ, afin que tous les baptisés comprennent que le chemin de Jésus vers le Calvaire est une grâce et un modèle pour tout disciple. Prions.

2. Pour les responsables des peuples et les garants de la justice, afin qu’ils sentent leur grave responsabilité de rendre à chacun ce qui lui est dû, dans le respect des droits de la personne et de la société. Prions.

3. Pour les condamnés à mort et les prisonniers à vie, afin que les souffrances du Fils de Dieu, qui, Lui, était innocent, les sauve du désespoir et les aide à espérer la vie qui succédera à leur mort. Prions.

4. Pour les personnes qui ont été victimes de violences et qui en gardent des conséquences physiques ou mentales, afin qu’elles se guérissent grâce aux mérites de la Flagellation de Jésus et grâce à l’aide des hommes de bien. Prions.

5. Pour les pèlerins qui parcourront le Chemin de Croix, afin que tous puissent expérimenter le courage mystérieux du Christ Jésus, qui les invite à le suivre sur le Chemin de la Croix. Prions.

Guide. Dieu saint et juste, donne-nous, grâce aux Mystères de la Flagellation et de la Condamnation de Jésus Ton Fils, de comprendre de mieux en mieux ton Dessein d’amour qui a obtenu par sa souffrance notre salut. Par le Christ notre Seigneur. Tous. Amen.