Categories

Accueil du site > Pélerinage > Les sanctuaires en bref > Emmaüs - El Qubeibeh

26 décembre 2011

Emmaüs - El Qubeibeh

English français

Basilique de la Manifestation

La tradition recueillie et suivie par les franciscains de Terre Sainte réunit dans ce sanctuaire la mémoire et la manifestation du Seigneur ressuscité aux deux disciples, Cléophas et Siméon.

Convento di Terra Santa
- P.O.B. 186 - Emmaus
- 91001 Jerusalem
- ISRAEL

Tel : +970. 2247.36.12
- +970. 2 247.36.13 (suore)
- Fax : +970. 2 247.36.14

Horaire d’ouverture des Sanctuaires

En Eté : 8.00-12.00, 14.00-18.00

En Hiver : 8.00-12.00, 14.00-17.00

La tradition chrétienne

L’Evangile précise le nom (Emmaüs), la qualité (village) et la distance de Jérusalem (60 stades selon les meilleurs textes ; c’est-àdire 11 kilomètres) du Lieu où se manifesta, le Seigneur après sa résurrection, à deux disciples, dont l’un s’appelait Cléophas. Malgré ces précisions, à diverses périodes, au moins trois lieux ont eu la prétention d’être le lieu authentique de Emmaüs évangélique. El-Qubeibeh durant les 7 derniers siècles jusqu’à nos jours a porté le petit cours d’eau de la tradition. A partir du III° siècle (Origène, Eusèbe, Jérôme, etc...) l’église ancienne identifiait le village de Cléophas avec la ville de Emmaüs-Nicopolis (de 70 après le Christ), dont parle l’historie des Maccabées (1Mac. 3,40-57 ; 4,3 ; 9,50). Le nom du lieu est en effet bien semblable ; mais il s’agissait d’un village et non d’une ville ; et la distance n’était pas la même, de sorte qu’il fallut corriger certains documents évangéliques en y notant 160 stades, c’est-à-dire 30 kilomètres. Au temps des Croisés (XII° siècle) on commença à chercher un lieu qui soit à la bonne distance de Jérusalem. C’est ainsi que fut proposé le château de Fontenoy (l’ancienne Kiriat-Yearim biblique, la moderne Abu Ghosh). Cette nouvelle localisation n’arriva pas à s’enraciner.

Au contraire la localisation d’El-Qubeibeh demeura l’unique à partir du XIV° siècle. C’est celle que les franciscains adoptèrent. La situation topographique de ce village, sur une des routes qui menaient à Jérusalem peut avoir certainement influé sur le choi du lieu, de même que la persistance possible des traditions populaires.

En 1861 le lieu fut acheté par la Marquise Paule de Nicolay, dont la tombe est au fond de l’église, et fut donné par elle à la Custodie de Terre Sainte. Des fouilles successives (en 1873-1875 ; 1881-1889) permirent d’y retrouver des ruines d’une Basilique Croisée, avec la “maison de Cléophas” placée dans l’angle Nord-Ouest, et de plusieurs maisons du village médiéval le long de la route.La nouvelle église de style roman, créée par le frère Wendelin Hinterkeuser, a été inaugurée en 1902 et incorpore tout ce qu’il fut possible des anciens vestiges. Plus récemment les fouilles faites par le Père Bellarmino Bagatti en 1940-1944 ont accru la connaissance du village du Moyen-Age et ont permis de déterminer que site était déjà habité au temps du Christ.

Le Lieu

1. Maison de Cléophas.
- 2. Basilique.
- 3. Couvent franciscain.
- 4. Château croisé.
- 5. Chapelle du château.
- 6. Citernes antiques.
- 7. Village médieval.

Une petite croix de métal qui provient d’Emmaüs el-Qubeibeh (Musée du Studium Biblicum Franciscanum, Jérusalem).

Texte biblique

L’apparition aux disciples d’Emmaüs

Et voici que, ce même jour, deux d’entre eux faisaient route vers un village du nom d’Emmaüs, distant de Jérusalem de soixante stades, et ils conversaient entre eux de tout ce qui était arrivé. Et il advint, comme ils conversaient et discutaient ensemble, que Jésus en personne s’approcha, et il faisait route avec eux ; mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. Il leur dit : “Quels sont donc ces propos que vous échangez en marchant ?” Et ils s’arrêtèrent, le visage sombre. Prenant la parole, l’un d’eux, nommé Cléophas, lui dit : “Tu es bien le seul habitant de Jérusalem à ignorer ce qui y est arrivé ces jours-ci !” - “Quoi donc ?” leur dit-il. Ils lui dirent : “Ce qui concerne Jésus le Nazarénien, qui s’est montré un prophète puissant en œuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple, comment nos grands prêtres et nos chefs l’ont livré pour être condamné à mort et l’ont crucifié. Nous espérions, nous, que c’était lui qui allait délivrer Israël ; mais avec tout cela, voilà le troisième jour depuis que ces choses sont arrivées ! Quelques femmes qui sont des nôtres nous ont, il est vrai, stupéfiés. S’étant rendues de grand matin au tombeau et n’ayant pas trouvé son corps, elles sont revenues nous dire qu’elles ont même eu la vision d’anges qui le disent vivant. Quelques-uns des nôtres sont allés au tombeau et ont trouvé les choses tout comme les femmes avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu !” Alors il leur dit : “O cœurs sans intelligence, lents à croire à tout ce qu’ont annoncé les Prophètes ! Ne fallait-il pas que le Christ endurât ces souffrances pour entrer dans sa gloire ?” Et, commençant par Moïse et parcourant tous les Prophètes, il leur interpréta dans toutes les Écritures ce qui le concernait. Quand ils furent près du village où ils se rendaient, il fit semblant d’aller plus loin. Mais ils le pressèrent en disant : “Reste avec nous, car le soir tombe et le jour déjà touche à son terme.” Il entra donc pour rester avec eux. Et il advint, comme il était à table avec eux, qu’il prit le pain, dit la bénédiction, puis le rompit et le leur donna. Leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent... mais il avait disparu de devant eux. Et ils se dirent l’un à l’autre : “Notre cœur n’était-il pas tout brûlant au-dedans de nous, quand il nous parlait en chemin, quand il nous expliquait les Écritures ?” A cette heure même, ils partirent et s’en retournèrent à Jérusalem. Ils trouvèrent réunis les Onze et leurs compagnons, qui dirent : “C’est bien vrai ! le Seigneur est ressuscité et il est apparu à Simon !” Et eux de raconter ce qui s’était passé en chemin, et comment ils l’avaient reconnu à la fraction du pain.

(Luc 24,13-35)

Prière

Président. Dans le mystère pascal du Seigneur Jésus, le Père a porté à son accomplissement, par l’action de l’Esprit Saint, son dessein d’amour. Comblés de tant de bienveillance, adressons, confiants, nos demandes au Père céleste.
- Tous : écoute-nous, Seigneur.

1. Pour l’Église, afin que, par la table de la Parole et de l’eucharistie, elle puisse recevoir en abondance la force d’annoncer la victoire sur le péché et sur la mort. Prions :

2. Pour le peuple d’Israël, afin qu’il reconnaisse en Jésus le messie souffrant et glorieux, annoncé par Moïse et tous les prophètes. Prions :

3. Pour les chefs des peuples, afin qu’ils respectent, par la promotion et la défense, les droits de l’homme et la liberté religieuse. Prions :

4. Pour tous ceux qui croient au Christ, afin que l’humble écoute du Maître les rende capables de marcher sur le chemin qui conduit à la pleine communion entre eux. Prions :

5. Pour ceux qui cherchent la vérité, afin qu’en Jésus qui se fait pèlerin aux côtés de tout homme, ils reconnaissent celui qui donne espérance et sens à l’existence humaine. Prions :

6. Pour nous et pour tous les pèlerins, afin que nous sachions reconnaître, dans la Parole et dans l’eucharistie, la présence vivante du Seigneur ressuscité. Prions :

Président. Père Saint, dans le Christ Jésus et dans l’Esprit Saint, puisses-tu te donner totalement à nous ; concède-nous aussi la grâce d’accueillir le Maître qui se fait notre compagnon de route ; qu’il donne lumière et chaleur à nos cœurs. Lui qui vit dans les siècles des siècles. Tous : Amen.