Categories

Accueil du site > Pélerinage > Les sanctuaires en bref > Bethphagé

26 décembre 2011

Bethphagé

English français

Lieu des rameaux

Sur la partie Est du Mont des Oliviers se trouve le Sanctuaire de Bethphagé. C’est ici que l’on célèbre le point de départ de l’entrée messianique de Jésus dans la Cité Sainte, dans l’enthousiasme des disciples et de la foule chantant « Hosannah ».

Convento delle Palme
- P.O.B. 186 - Betfage
- 91001 Jerusalem
- ISRAEL

Horaire d’ouverture du Sanctuaire :

8.00-12.00 ; 14.00-17.00

Tel. : 02-628.43.52
- Fax : 02-628.43.52

Tradition chrétienne

Le souvenir de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem a été célébré de manière très ancienne à Jérusalem de la même manière qu’il l’est maintenant : « Le Dimanche qui inaugure la semaine pascale... tout le peuple monte sur le Mont des Oliviers... Quand est arrivée la onzième heure (c’est-à-dire cinq heures de l’après-midi) on lit le passage de l’évangile qui parle des enfants qui vont au devant du Seigneur en portant des rameaux et des palmes... Alors l’évêque se lève debout et tout le peuple avec lui. De là, c’est-à-dire depuis le sommet du Mont texte biblique et la tradition des Oliviers, on fait à pied le parcours ; l’évêque chante continuellement des hymnes et des antiennes ; « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ». Tous les enfants, même ceux qui, ne pouvant marcher parce que trop petits, sont sur les épaules de leurs parents, ont en mains des rameaux, soit de palmiers soit d’oliviers. De la même manière dont fut accompagné le Seigneur est accompagné l’évêque. Depuis le sommet du mont on va jusqu’à la ville, et ensuite, après la traversée de la ville, jusqu’à l’Anastasis » (Ethérie, fin du IV° siècle).

À partir du IX ° siècle la procession commence encore plus loin : « A environ un mille (du Lieu de l’Ascension) se trouve le lieu où Jésus s’asseya sur un ânon. Il y a la un olivier dont chaque année on taillait un rameau, après en avoir payé le prix ; ainsi entre-t-on en procession à Jérusalem le Jour des Rameaux » (le moine Epiphane). En ce même lieu était notée l’existence d’une église du IV° siècle, en mémoire de la rencontre de Jésus avec soeurs de Lazare, Marthe et Marie, sur le chemin de Béthanie. (Selon Ethérie). En 1870 un paysan trouva une roche taillée portant des peintures de l’époque Croisée, représentant les deux événements de la résurrection de Lazare et de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem. Après l’achat du terrain, il y fut construit en 1883 un petit sanctuaire auquel fut donné le nom de Betphagé. Il fut restauré dans sa forme actuelle en 1954. La procession, qui commémore l’événement avait cessé d’exister à la fin du règne des Croisés. Elle fut reprise aux XVI°-XVII ° par les franciscains, dont le Père Custode, assis sur un ânon, représentait le Christ. Depuis 1933 la procession a pu reprendre de manière très solennelle présidée par le patriarche Latin de Jérusalem.

Le lieu

Parcours de la procession du Dimanche des Rameaux

De Bethphagé à Jérusalem :

- 1. Sanctuaire et couvent franciscain à Bethphagé
- 2. Monastère des Carmélites du Pater Noster
- 3. Petit Edifice de l’Ascension du Seigneur
- 4. Sanctuaire Dominus flevit
- 5. Eglise russe Orthodoxe dédiée à Sainte Marie-Madeleine
- 6. Gethsémani
- 7. Tombeau de la Vierge Marie et Grotte de l’Arrestation
- 8. Lieu du martyre de Saint Etienne
- 9. Porte de Saint Etienne - Bab Sitti Mariam
- 10. Piscine Probatique

Texte biblique

Entrée du Messie à Jérusalem

Et il advint qu’en approchant de Bethphagé et de Béthanie, près du mont dit des Oliviers, il envoya deux des disciples, en disant : “Allez au village qui est en face et, en y pénétrant, vous trouverez, à l’attache, un ânon que personne au monde n’a jamais monté ; détachez-le et amenez-le. Et si quelqu’un vous demande : “Pourquoi le détachez-vous ?” vous direz ceci : “C’est que le Seigneur en a besoin”. “Étant donc partis, les envoyés trouvèrent les choses comme il leur avait dit. Et tandis qu’ils détachaient l’ânon, ses maîtres leur dirent : “Pourquoi détachez-vous cet ânon ?” Ils dirent : “C’est que le Seigneur en a besoin.” Ils l’amenèrent donc à Jésus et, jetant leurs manteaux sur l’ânon, ils firent monter Jésus. Et, tandis qu’il avançait, les gens étendaient leurs manteaux sur le chemin. Déjà il approchait de la descente du mont des Oliviers quand, dans sa joie, toute la multitude des disciples se mit à louer Dieu d’une voix forte pour tous les miracles qu’ils avaient vus. Ils disaient : “Béni soit celui qui vient, le Roi, au nom du Seigneur ! Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux !” Quelques Pharisiens de la foule lui dirent : “Maître, réprimande tes disciples. “Mais il répondit : “Je vous le dis, si eux se taisent, les pierres crieront.”

(Luc 19,29-40)